Les épices et le diabète

Depuis la Renaissance, les épices sont largement utilisées dans la cuisine européenne. Elles sont essentiellement employées pour leurs parfums, leurs saveurs mais également pour leurs vertus médicinales. A l’époque, il leur était même attribué des pouvoirs magiques et aphrodisiaques. 

Souvent en provenance d’Inde ou de Chine, l’épice est un outil culinaire dans toutes les cuisines du monde. De nos jours, les français en consomment de plus en plus (+30% en 10 ans), ce qui place la France 3ème plus gros consommateur d’épices d’Europe.

Longtemps connues pour leurs nombreuses propriétés médicinales (anti-inflammatoires, anti-cancéreuses, anti microbiennes, antioxydantes, …), les épices ont fait l’objet de nombreuses études. 

Plus récemment, de nouvelles études révèlent que les épices ont également des propriétés antidiabétiques reconnues. Alors, « épices et diabète » font-ils bon ménage et comment en tirer profit? Découvrez tout ça dans les lignes qui suivent. 

Qu’est-ce qu’une épice ?

Selon le Larousse, une épice est une substance aromatique et végétale servant à l’assaisonnement des mets. Dans le domaine de l’agroalimentaire, on retrouve donc plusieurs catégories d’épices : les épices, les poivres, les herbes aromatiques et les mélanges. Néanmoins, il ne faut pas considérer le sel comme une épice mais comme un condiment.  

Mais alors, quelles épices favoriser pour lutter contre le diabète de type 2 ?

De récentes études ont permis de montrer l’impact des certaines épices sur les mécanismes d’absorption de l’insuline ou sur la glycémie ce qui a donc une influence sur le diabète. Néanmoins, l’amélioration faite par ces épices a été démontrée pour des problématiques de diabète de type 2. 

Cannelle

La cannelle est une épice provenant de l’écorce d’une des espèces de cannelier. C’est l’épice la plus appropriée pour le traitement de l’hyperglycémie dans le traitement du diabète de type 2. En effet, la cannelle a des effets antidiabétiques connus, notamment en abaissant la glycémie à jeun. Cela se fait en intervenant dans des mécanismes de notre corps afin de diminuer les taux de glucose et de lipides dans le sang. Elle est également censée réduire la résistance à l’insuline dans le tissu adipeux blanc et le foie et réduire les inflammations systémiques (considérées comme des facteurs de risque).

P.-S. : Ajoutez une pointe de cannelle à notre préparation pour Banana Bread et vous obtiendrez un vrai délice! 

Attention cependant, une surconsommation de cannelle peut avoir des effets néfastes sur le corps. Elle peut provoquer des hépatites aiguës, ce qui entraîne des douleurs abdominales, de la diarrhée et des vomissements.

Gingembre

Le gingembre est une espèce de plantes dont on utilise, en cuisine ou en médecine traditionnelle, le rhizome. En plus des propriétés antioxydantes qu’on lui confère, les chercheurs pensent que ces composés ont potentiellement des effets antidiabétiques et des effets protecteurs sur les complications diabétiques chez les personnes touchées notamment sur le foie, les reins, les yeux et les systèmes nerveux. Plus précisément, le gingembre permettrait l’inhibition des enzymes dans la digestion des glucides, l’augmentation de la libération et de la sensibilité de l’insuline et l’amélioration des profils lipidiques.

Curcuma

Le curcuma est une plante herbacée originaire du sud-est asiatique. Comme pour le gingembre, les rhizomes de la plante sont réduits en poudre. Il a été démontré que la curcumine (un composé du curcuma) a un effet anti-hyperglycémiant et sensibilisant à l’insuline notamment dû à ces propriétés anti-inflammatoires. Grâce à la curcumine, le curcuma exerce des actions antidiabétiques probablement via la régulation de la résistance à l’insuline, la fonction des cellules β pancréatiques et l’augmentation de l’absorption du glucose. Des chercheurs ont découvert que la curcumine pouvait également réduire le risque de diabète de type 2 chez les personnes atteintes de prédiabète.

Néanmoins, les extraits de curcuma peuvent entraîner des effets hépatotoxiques chez certaines personnes.

Ginseng

Le ginseng est une plante vivace originaire d’Asie du Nord-Est. On utilise la racine du ginseng en cuisine comme épices ou en produits pharmaceutique.

Le ginseng contient des composés qui entrent en jeu dans certains mécanismes de notre corps afin de permettre plusieurs actions. En effet, il joue sur la réduction de l’absorption des glucides dans la circulation hépatique, l’augmentation du transport et de l’absorption du glucose, l’augmentation du stockage du glycogène et la régulation de la sécrétion d’insuline. Cette plante réduit également la résistance à l’insuline, ce qui permet d’augmenter sa sensibilité à l’insuline.

Ail et oignon

En plus des effets hypocholestérolémiques connus, l’ail et l’oignon ont des effets antidiabétiques. De plus, l’ail a un effet hypoglycémiant grâce à un de ces composés l’allicine et l’oignon a un effet antidiabétique grâce aux flavonoïdes. Des études cliniques ont montré que l’ail et l’oignon réduisent considérablement la glycémie, en particulier chez les patients diabétiques.

Lors des études, une surconsommation d’ail augmenterait les effets de l’anticoagulant, entraînant un risque accru de saignement.

Fenugrec

Le fenugrec ou trigonelle est une plante herbacée fréquemment utilisée en tant que plante médicinale ou en épices.

Cette graine est largement utilisée comme phytothérapie en raison de ses effets hypoglycémiques. En outre, d’autres mécanismes antidiabétiques comprennent le retard de l’évacuation du contenu de l’estomac en raison de la teneur en fibres, le ralentissement de l’absorption des glucides et l’inhibition du transport du glucose, ainsi que l’augmentation des récepteurs de l’insuline et l’utilisation périphérique du glucose

Dans une étude menée, il a été constaté que l’effet hypoglycémiant des graines de fenugrec était plus élevé lorsqu’elles étaient consommées en particulier par trempage dans l’eau, par rapport à une consommation mélangée à de la nourriture. Le schéma de consommation est important pour obtenir un effet bénéfique du fenugrec.

Néanmoins, des doses élevées de fenugrec réduisent la biodisponibilité du calcium, du zinc, du fer et du potassium, peuvent produire un effet laxatif sur les consommateurs.

Poivre noir

Le poivre est une épice réalisée à partir des baies du poivrier noir, une liane originaire de la côte de Malabar poussant les zones tropicales. Il fait partie des épices les plus utilisées au monde. Toutefois, le poivre noir n’a pas de propriétés antidiabétiques à proprement parler mais, couplé à d’autres épices, il permet d’augmenter l’activité antidiabétique de ces dernières.

Conclusion

Les épices sont riches en activités antioxydantes et en composés ayant des effets pharmacologiques potentiels sur le diabète. D’ailleurs, les résultats des études sont la preuve du potentiel antidiabétique de la cannelle, du gingembre, du curcuma, du ginseng, du fenugrec, du cumin noir et de l’ail parmi diverses épices. Pour d’autres épices comme le cumin, le curry, la moutarde, la coriandre, le piment et l’anis des résultats positifs ont été étudiés mais ils ne sont pas assez nombreux ou alors pas encore prouvés chez l’homme. 

Pour le moment, aucune dose n’est prescrite pour montrer une action antidiabétique dans toutes les épices. 

Attention cependant, il ne faut pas oublier que l’utilisation d’épices peut avoir des interactions possibles avec des médicaments ou des nutriments ce qui peut provoquer une baisse excessive de la glycémie et des effets néfastes en cas de surdosage. 

Grâce aux études récemment menées et de nouvelles recherches, les épices constitueraient une nouvelle catégorie d’aliments fonctionnels dans la gestion et le traitement du diabète. Néanmoins, ces études sont au début des recherches concernant les liens entre les épices et le diabète. De nombreuses études sont encore à mener pour confirmer ou infirmer ces dernières et pour donner plus de précisions.  Ces informations sont donc à prendre avec des pincettes. 

Tableau récapitulatif

Tableau récapitulatif épices et diabète

Références

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A lire aussi