Nos astuces pour déchiffrer les emballages alimentaires

Aujourd’hui, les marques rivalisent de couleurs et de slogans accrocheurs pour nous faire acheter leurs produits plutôt que ceux du concurrent voisin sur les rayonnages des supermarchés. Il n’est pas facile de s’y retrouver dans la quantité d’emballages alimentaires!

Entre les allégations, les informations marketing et les étiquettes, les emballages alimentaires sont plus un casse-tête qu’une réelle source d’informations pour beaucoup de consommateurs. De la liste des ingrédients au nutriscore, nous vous donnons tous nos conseils pour déchiffrer les étiquettes de vos produits et mieux vous repérer dans les rayons des supermarchés.

Qu'est ce qu'un étiquetage?

L’étiquetage d’un produit alimentaire est essentiel pour le consommateur d’aujourd’hui car il nous permet de connaître toutes les informations nécessaires concernant ce produit.

Il regroupe :  

  1. Dénomination de vente de la denrée alimentaire
  2. La liste des ingrédients
  3. Date limite de consommation ou la Date de durabilité minimale, et la Date de congélation
  4. Conditions particulières de conservation et/ou d’utilisation
  5. Nom ou raison sociale et adresse du fabricant ou conditionneur ou vendeur établi à l’intérieur de l’Union Européenne
  6. Pays d’origine ou lieu de provenance
  7. Tout ingrédient ou auxiliaire technologique présent dans le produit fini susceptible de provoquer des intolérances ou des allergies
  8. Quantité nette de la denrée alimentaire
  9. Mode d’emploi si son absence rend difficile un usage approprié de la denrée alimentaire
  10. Déclaration nutritionnelle
  11. Quantité de certains ingrédients ou catégories d’ingrédients
  12. Titre alcoométrique volumique acquis pour les boissons titrant à plus de 1,2% d’alcool en volume

Pour l’illustrer ces différents points, nous avons pris l’exemple de notre emballage de préparation pour pancakes/gaufres:

schéma explicatif informations packaging

Date limite de consommation ou date de durabilité minimale

« A consommer avant le… », « à consommer jusqu’au… » … Nous retrouvons ces mentions sur la majorité des emballages alimentaires que nous achetons.  Pour autant, beaucoup d’entre nous ne connaissent pas la différence entre les deux… Et pourtant, l’impact de cette mention influence grandement leur consommation et le gaspillage qui s’en suit. Retour dans ce schéma sur deux notions trop souvent confondues !

Explication DLC et DDM
Source: (DGCCRF, 2020)

La liste des ingrédients

La liste des ingrédients comprend tous les ingrédients de la denrée alimentaire (y compris les additifs et les arômes). Ceux-ci sont indiqués dans l’ordre décroissant de leur importance au moment de leur mise en oeuvre dans la fabrication de la denrée. Ainsi, l’ingrédient principal (celui présent en plus grande quantité) de la recette sera le premier sur la liste et l’ingrédient le moins utilisé sera le dernier cité. 

Les ingrédients sont souvent classés par catégories, encore une fois dans l’ordre de leur quantité. Chaque ingrédient de cette catégorie doit être désigné sous son nom spécifique. Par exemple, pour des produits composés de plusieurs farines, la liste d’ingrédients serait composée telle que:

  • Farine (orge mondé, lupin, amande)

Si un ingrédient est composé lui même de plusieurs ingrédients, et c’est par exemple le cas du chocolat, ses composants doivent aussi figurer sur la liste. Par exemple, le chocolat sera présenté sous cette forme :

  • Pépites de chocolat (masse de cacao, sucre de fleur de coco, beurre de cacao).

Enfin, les allergènes présents dans la liste doivent être identifiés grâce à une mention distinctive (souvent en gras) afin que le consommateur puisse le repérer plus facilement.

A noter

En règle générale, plus la liste des ingrédients est longue, plus l’aliment est éloigné d’une préparation maison. Ainsi, il y a de grandes chances que l'aliment consommé soit ultra-transformé. Nous vous conseillons de fuir ce genre de liste d'ingrédients à rallonge. Ces produits contiennent bien trop souvent un grand nombre d'additifs, conservateurs, ou autres ingrédients qui n'auraient pas lieu d'être dans un produit alimentaire.

Pourquoi certains pourcentages sont indiqués sur les emballages alimentaires et pas d'autres?

La proportion des ingrédients n’est pas obligatoire sauf si un ingrédient est valorisé dans la dénomination de vente alors il faudra indiquer son pourcentage dans la liste des ingrédients. Par exemple, prenons la Préparation pour cookies aux pépites de chocolat à la farine de cacahuète. Deux ingrédients sont mis en valeurs dans la dénomination de vente (à savoir les pépites de chocolat et la farine de cacahuète). Dans la liste des ingrédients, on doit retrouver le pourcentage de ces deux ingrédients.

Autres indications concernant les produits biologiques et l'étiquetage

Les ingrédients biologiques dans la liste d’ingrédients doit être suivis d’un astérisque qui renvoie à la mention «issu de l’agriculture biologique ». Ainsi, il permet de différencier les ingrédients d’origine biologique des autres ingrédients. 

De plus, l’étiquetage du produit doit comporter le numéro de l’organisme certificateur souvent sous la forme FR-BIO-0X lorsque le certificateur est d’origine française.

Schéma explicatif des ingrédients

Déclaration nutritionnelle

Qu'est-ce que c'est?

La déclaration nutritionnelle est obligatoire sur les emballages alimentaires depuis 2016. La déclaration nutritionnelle comprend:

  • La valeur énergétique de la denrée telle qu’elle est vendue ou prête à la consommation
  • La quantité de graisses avec un ligne spécifique pour les acides gras saturés
  • La teneur en glucides avec une ligne spécifique pour les sucres
  • Le taux de protéines et de sel

Elle peut être exprimée par portion ou par unité de consommation.

Comment est-elle présentée?

L’énergie et les nutriments sont exprimés en g ou ml pour 100 g ou 100 ml de denrée alimentaire. Ils peuvent être présentés par portion et/ou unité de consommation seulement si :

  • La portion ou l’unité utilisée est quantifiée,
  • La quantité de portions contenues dans l’emballage est indiquée,
  • La portion ou l’unité utilisée est précisée à côté de la déclaration nutritionnelle.

L’utilisation de cette forme d’expression ne doit pas induire les consommateurs en erreur. La portion ou l’unité utilisée doit être réaliste (habitude du consommateur) et comprise par le consommateur.

Schéma explicatif des valeurs nutritionnelles

En ce qui concerne les valeurs nutritionnelles des produits en elles-mêmes, il est important de regarder :

  • L’énergie : les calories apportées par le produit
  • Le taux de protéines et de fibres par rapport à ces calories. En effet, il est important que ces calories ne soient pas des calories « vides », mais qu’au contraire, elles soient rassasiantes et vous apportent satiété avec leur teneur en fibres et protéines.
  • Les matières grasses saturées (notre corps a besoin de matières grasses, mais nous devons cependant limiter les matières grasses saturées). Un faible taux d’acide gras saturés sera donc à favoriser.
  • La teneur en sucre : beaucoup de produits industriels contiennent de fortes quantités de sucre. Méfiez-vous donc de ces produits (pour rappel, nous devrions consommer 25 g de sucre maximum par jour pour rester en bonne santé selon l’OMS)
  • La teneur en sel : l’OMS recommande de consommer moins de 5 g par jour

Le nutriscore

Comme expliqué précédemment, le tableau des valeurs nutritionnelles présent sur les emballages alimentaires est bien souvent difficile à décrypter pour les consommateurs. Pour faciliter la compréhension de cette déclaration nutritionnelle, le gouvernement français a recommandé la mise en place d’une information nutritionnelle visible, claire et facile à comprendre pour tous dans le cadre de la loi de Santé de 2016. 

L’objectif est simple : aider les consommateurs à acheter des aliments de meilleure qualité nutritionnelle en améliorant l’information nutritionnelle figurant sur les emballages alimentaires.

A quoi ressemble le nutriscore?

Le nutriscore est un logo à 5 couleurs que vous retrouvez sur la face avant des emballages alimentaires. Ce système de scoring informe les consommateurs sur la qualité nutritionnelle d’un produit grâce à une lettre et à une couleur. Chaque produit est ainsi noté sur 5 du produit le plus favorable nutritionnellement parlant (classé A – couleur vert foncé) au produit le moins favorable nutritionnellement parlant (classé E – couleur rouge).

schéma explicatif du nutriscore

Comment sont obtenus les nutriscores des produits?

Pour classer chaque produit, le score prend en compte la teneur pour 100 g de produit:

  • En nutriments et aliments à favoriser : fibres, protéines
  • En nutriments à limiter : énergie, acides gras saturés, sucres, sel

Après plusieurs calculs, une note est obtenue par produit et permet ensuite d’attribuer une lettre et une couleur au produit.

Pour certaines catégories d’aliments comme les matières grasses ajoutées (beurre, huile), les fromages ou encore les boissons, il a fallu adapter la méthode de calcul du score. 

Quels sont les produits concernés par le logo?

Le nutriscore concerne tous les produits transformés et les boissons. Néanmoins, quelques exceptions sont à noter: le nutriscore ne concerne pas  les herbes aromatiques, les thés, les cafés ou les levures. Il ne concerne pas non plus les produits non transformés comme les fruits et légumes frais ou le poisson frais et les boissons alcoolisées.

Pourquoi le nutriscore n'est pas affiché sur tous les produits?

Il faut savoir que pour le moment l’application du nutriscore est facultative. Ainsi, elle repose sur le volontariat des entreprises de l’agroalimentaire et des distributeurs.

Et concernant les additifs et les pesticides?

Aujourd’hui, il n’existe pas de score prenant en compte ces différentes dimensions. Dans le nutriscore, seuls les aspects nutritionnels sont pris en compte dans calcul. Il n’inclut donc pas les additifs ou les pesticides.

Références

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A lire aussi